Vanille bourbon

5 avr

Évidemment, les probabilités pour que tu lises ces mots sont faibles, peu importe; mon histoire, c’est de les écrire et ton histoire ne m’appartient pas.

Ce matin, j’étais à la gare de l’Est. Les « hasards » de mon agenda m’ont donc amenées à deux pas de mon parfumeur. Je dis « mon parfumeur »en effet, car c’est une échoppe un peu spéciale. J’ai toujours préféré les essences brutes aux recettes sophistiquées. A chaque période, sa fragrance, son choix est significatif, une véritable symbolique olfactive.

Il y a deux ans,, j’optais pour le capiteux jasmin ,volubile et instable. Au début, l’odeur en est vaporeuse et légère mais après quelques heures, les notes de fond son profondes et lourdes. C’était un bon choix.

Depuis l’été dernier, je me parfume à « l’herbe fraîche », une odeur printanière, presque naïve, une odeur d’enfance et de renouveau, une belle odeur qui rappelle sans cesse l’éphémère de la vie car elle disparaît rapidement. Après quelques heures, il n’en reste rien. Là aussi, c’était un bon choix, mon parfumeur est un génie.

J’y suis donc passée ce matin et je lui ai expliqué ce que je recherchais: une odeur gourmande, joyeuse et tenace. Une odeur de famille, celle des ours de Boucle d’or, l’histoire pour les enfants. Il m’a proposé « vanille Bourdon », je vais l’essayer aujourd’hui et je crois que je vais la choisir…

 

Ps: j’adorerais que tu fasses toi aussi un petit blog perso :)

Pas encore de commentaire

Laisser une réponse

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus